Antonio Hodgers revoit la densification de la zone villas à la baisse

Antonio Hodgers revoit la densification de la zone villas à la baisse

Une loi permet, par dérogation, de multiplier les logements sur une parcelle destinée à la construction de villas.

A Genève, construire des villas dépassant le rapport de 250 m² habitables pour 1000 m² de parcelle n’est désormais plus autorisé. Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé du Département du territoire, a annoncé sa décision de geler les dérogations accordées à la suite de l’entrée en vigueur d’une loi spécifique, en 2013. Depuis cette date, il est possible de dépasser cette limite de 0,25 pour atteindre 0,4 voire 0,6 pour des terrains de plus de 5000 m². Deux conditions cumulables doivent être remplies afin que ces dérogations soient accordées: les circonstances doivent le justifier et les bâtiments à construire doivent être compatibles avec le caractère et l’harmonie du quartier dans lequel ils s’inscriront. Selon le Vert, elles ne sont plus remplies. Il décrète donc un gel de l’application de cette loi, le droit à construire jusqu’à 250 m² restant garanti.

Ce qui devait être dérogatoire «est devenu la règle», assure le président du Conseil d’Etat. En cinq ans, le nombre de requêtes dérogatoires a bondi de 30%. Le nombre moyen de logements par requête est passé de 3,7 à 8,36. Autrement dit: on densifie la zone villas en construisant en majorité des logements contigus ou de «l’habitat groupé». Antonio Hodgers parle d’«immeubles couchés» de piètre qualité architecturale. Cette pratique a consommé 160 hectares dans le canton, a dit le magistrat. Six communes regroupent plus de 50% des cas: Thônex, Vandœuvres, Collonge-Bellerive, Chêne-Bourg, Troinex et Veyrier, en ordre croissant.

Publié par David Haeberli sur le site d’information – letemps.ch

https://www.letemps.ch/suisse/antonio-hodgers-revoit-densification-zone-villas-baisse

RESTEZ INFORMÉ(E)!

Inscrivez-vous à notre newsletter et suivez nos actualités.